Accueil
Bidules sub
Voyages
Vidéos
Photos
Liens
FAQ
A propos...
Contact
Rechercher
rss
Premières impressions du couple video Canon HFS10 / Aditech MVHDC-S (3/3) Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
09-03-2010. Lu 3275 fois.
Le moins que l'on puisse dire, c'est que la video c'est une activité extrêmement casse-pied dès lors qu'il s'agit de voyager. Le mot compact est rarement à l'ordre du jour et dans un monde où les compagnies aériennes sont de plus en plus strictes, la chasse aux kilos de bagage est lancée. Comment concilier les impératifs de poids, les besoins en accessoires tels que les chargeurs, les pièces de secours quand vous êtes limités en poids et au milieu de nulle part. Ce dernier article sur la HF-S10 et le caisson Aditech nous emmène sur la planète Raja Ampat pour tester en région réculée le système. En somme Raja Ampat, côté coulisses...







Config légère... un peu trop lourde


Initialement en passant au caisson Mangrove, j'espèrais garder une config à peu près comparable à mon ancien matériel Ikelite. Au final, le caisson "basique" (caméra, caisson, optique grand angle) nous emmène à un joyeux 7 kg à l'air libre auquel il faut rajouter 5 kg pour le systeme HID et les systèmes d'attache divers. Le caisson est aussi plus long, non transparent ce qui en fait un mauvais candidat pour un voyage léger.

Les données du problème pour Raja Ampat étaient assez simple: 20 kg de bagage et 7 kg en cabine. J'ai mis le caisson dans un sac à dos Tribord, démonté les palmes Variant et ai gardé avec moi dans le sac à dos les palmes. Bref, j'avais les palmes en cabine, mon caisson, le tout dans un sac soit 10kg sur les 7 autorisés. Le passage de la sécurité a été sans encombre puisque j'ai vidé mon sac avant même le portique ce qui a quand même valu un "c'est quoi ça" quand la caméra est passée aux rayons X.

En video, en plus du matériel sous-marin, il faut le chargeur de la caméra, des chargeurs pour les 4 accus CR123A, au moins deux batteries et 8 accus CR123A. Plus la graisse silicone, les cotons tiges et le petit outillage pour assembler le caisson. Ce qui rajoute là encore du poids.

Et il faut aussi un ordinateur et un moyen de stockage pour stocker les fichiers videos du camescope ce qui n'est pas forcément un gain de poids par rapport à un systeme à base de cassettes ou de disques. L'avantage c'est que c'est moins encombrant.


Autonomie et cycle de charge vs planification des plongées


La notice du caisson Mangrove est optimiste en parlant de 6h d'autonomie avec des accus Tenergy de 900mAh . Je n'ai jamais pu faire plus de 2 plongées avec le moniteur en permanence allumé. L'autonomie observée est davantage de l'ordre de 2h qu'autre chose. Dans une situation avec 4 plongées par jour d'au moins une heure, c'est un peu gênant. Ayant eu l'occasion de tester le système de façon continue avant ce voyage, il était nécessaire de disposer de 3 jeux de 4 accus CR123A pour plus de sécurité.

Pendant les plongées, un jeu était en permanence en charge. Les CR123A présentent l'inconvénient d'avoir pour un même format des caractéristiques de charge, capacité et tension différentes (3.0-3.7V) ce qui peut générer de mauvaises surprises question charge si par mégarde vous utilisez un mauvais chargeur. A terme je considère de mettre en parallèle un autre support pour ces batteries histoire de doubler l'autonomie en plongée. Je ne suis pas certain actuellement que ces accus soient simplement montés en série sur la platine électronique du caisson. Ca demande quelques investigations. Côté chargeur, il y a des chargeurs avec adapteurs séparés. Ca fait du poids en plus. J'ai utilisé pour ma part des chargeurs SureFire qui ne nécessitent que des cordons d'alimentations.

A propos de charge, d'autres tests préalables ont montré qu'un chargeur "générique" c'est à dire ici non Canon pouvait réveler des surprises quant à l'autonomie annoncée ensuite sur l'écran de la caméra. Au final, il apparaît que privilégier les accessoires et batteries de la marque ainsi que tester préalablement l'ensemble du matériel et des accessoires est une stratégie payante sur le terrain puisque cela permet d'éviter de mauvaises blagues liées à des charges incorrectes.


Soucis de stockage/prévisualisation


Avec un camescope à carte mémoire, il n'est plus nécessaire de disposer de cassettes. Par contre il faut un disque dur pour stocker tout ça. 37 plongées ont occupé allègrement 200 Go. Certains fichiers ont été corrompus sur le disque externe du fait de problemes d'alimentation à la fois du disque dur et du lecteur de carte. Une table d'allocation sur une carte SDHC a été également corrompue. Bref, je retiens de cette aventure qu'il vaut mieux avoir plusieurs cartes voire suffisamment de cartes pour tout le voyage... qu'un disque externe.

Les nouveaux netbooks offrent actuellement des caractéristiques qui semblent pour l'instant peu compatibles avec les fichiers HD: processeurs peu puissants incapables de lire le format AVCHD et disque dur trop petits pour faire quoique ce soit. Donc pas de visualisation des scenes de la journée. Il faut aussi au moins un port USB 2.0 pour transferer les données du camescope vers le disque externe. Un lecteur de carte est également utile.

Au final, la solution Aditech à l'étranger n'est ni bonne ni mauvaise car les problèmes rencontrés sont les mêmes avec les autres caissons électroniques. Le seul conseil que je peux donner et de bien tester son équipement avant de partir.


Toutes les photos sont de Liz Hanks (reproduites ici avec son autorisation).
 
< Précédent   Suivant >
Powered by CastorCorp