Accueil
Bidules sub
Voyages
Vidéos
Photos
Liens
FAQ
A propos...
Contact
Rechercher
rss
Premières impressions du couple video Canon HFS10 / Aditech MVHDC-S (1/3) Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
25-07-2009. Lu 4158 fois.
La caméra Canon HF-S10 a déjà fait couler pas mal d'encre depuis son apparition au CES de 2009 à Las Vegas entre sa forme bizarre, la taille de son capteur 8 mégapixels et la multitude de fonctionnalités qu'elle propose et qui la place à la frontière entre le marché amateur et "prosumer" au point que les fabriquants de caissons video qui basaient généralement leurs gammes quasi exclusivement sur Sony ont commencé à développer des caissons pour cette caméra. A la date de rédaction de cet article, le marché des caissons pour ce modèle est représenté par les sociétés Light&Motion et Equinox en Californie, et Aditech en Espagne. Gates, Aquatica et Ikelite planchent également sur leur propre caisson. Pour ma part, j'ai fait des infidélités à Ikelite et ai craqué pour Aditech. Ceci est le premier article d'une série de trois consacrés à un passage en revue de mon jouet à l'air et sous l'eau.










Le caméscope HF-S10 de Canon est une caméra HD (AVCHD) qui enregistre sur sa mémoire interne de 32Go videos ou photos et dispose d'un port pour une carte SDHC supplémentaire ce qui permet de s'affranchir des problèmes liés aux cassettes (usure des têtes, phase d'acquisitions longues) et offre une taille mémoire qui rivalise avec les camescopes à disque dur sans avoir l'inconvénient d'intégrer un disque dur propriétaire. Le capteur fait 8 Mégapixel ce qui en fait un produit qui permet également de bonnes photos numériques. Mais la richesse de cette bête, c'est surtout les fonctionnalités puisque les menus regorgent d'options et de nombreux automatismes habituellement inaccessibles sur les caméscopes grands publics sont réglables ici notamment le gain et également un buffer de pré-enregistrement de 3 secondes. En gros, si vous faites du film animalier, s'il se passe quelque chose subitement, plutôt que vous précipiter pour lancer l'enregistrement, les 3 dernières secondes sont mémorisées et donneront suffisamment de temps pour mettre une transition au besoin. Il y a un autre modèle la HF-S100 qui n'intègre pas de mémoire interne.



Trois choses frappent directement l'esprit lorsque l'on pense design d'un caisson pour cette caméra: la taille énorme de l'objectif, l'absence de viseur et le fait que tout se pilote à la télécommande. Le premier point est gênant car cela implique un problème potentiel pour adjoindre une optique et concrêtement c'est le cas. La lentille Inon UWL-100 a moins d'être collée contre le camescope provoque distortion et vignettage. Et il doit encore y avoir une vitre épaisse entre les deux avec le caisson donc il est évident que cette lentille n'est pas compatible. Le second point est gênant. Je déteste les panneaux des camescopes. Ce sont des pièces rotatives fragiles et l'intégration dans les caissons n'est pas forcément aisée donc il devient envisageable de disposer à ce stade d'un écran LCD connecté à la caméra pour pouvoir filmer bien. Le troisième point est très appréciable car il suggère qu'un fabriquant peut intégrer la navigation dans les menus sur le caisson et donc un plongeur peut théoriquement accéder à tous les réglages sous l'eau. Cette voie fort utile a été suivie par Aditech.

 

Aditech propose une gamme de caissons assez génériques en apparence pour Sony, JVC, Canon et Panasonic qui reviennent à environ 1900 euros port compris. Cette somme est évidemment élevée par rapport à des produits comme ceux fabriqués par Ikelite mais nettement moins que Gates ou Light&Motion d'autant qu'il y a quand même un grand moniteur LCD en standard. Le fabriquant se targue de disposer de caissons quasi génériques au sens que la platine peut être déplacée dans les 3 dimensions de l'espace et que par conséquent il est facile d'adapter une nouvelle caméra. Cette approche est séduisante mais comme toujours cela ne garantit pas que les fonctionnalités resteront les mêmes et reste valable qu'à condition de garder la même marque de caméra et de s'assurer que le protocole de contrôle reste le même (LANC/Infrarouge). Ces caissons en standard n'intègrent pas de hublot pour la plupart. Il faut à la commande préciser le type de port que l'on souhaite et qui se vissera sur un filetage M56 "sec". 3 options sont donc proposées entre la vitre plane avec port M67 "humide" et deux lentilles Fathom HD , le grand angle WP80 et le dome WP100. La différence de prix entre le WP80 et le WP100 étant de plus d'un millier d'euros, on regrettera l'absence d'un dome intermédiaire et en ce qui me concerne mon dome Inon. A noter que ces caissons sont étanches à 200m et demeurent relativement légers (3.5 kg) à l'air libre.
Le caisson a été livré rapidement via UPS en 3 jours. Il y avait 15 jours de délai dans les stocks et je dois bien avouer que ces délais ont été respectés. Les échanges par email avec le responsable de cette marque ont été fort appréciables avec des réponses patientes malgré les nombreuses questions de ma part. J'ai conservé la même impression en déballant le colis puisque outre le caisson, le kit contient des petits plus utiles. Déjà la notice en français (!) est très détaillée et bien illustrée. Ensuite, le caisson est livré avec un kit de joints de rechange, 4 piles pour la platine électronique et le moniteur, une clé d'assemblage, du tissu pour nettoyer l'optique, des cotons tiges, de la graisse silicone et une quantité non néligeable d'absorbeurs d'humidité. Mes seuls regret dans ce kit l'absence de la clé pour démonter le port qu'il me faudra commander ultérieurement avec l'objectif WP80 et les piles lithium pour la platine, 4 CR123.

Ces piles sont onéreuses, non standard et il faut donc investir dans un kit d'accus rechargeables équivalent. Les piles sont annoncées comme capable d'alimenter la platine pendant 6 heures. Les rechargeables n'offrent que 3 heures d'autonomie soit 2 plongées maxi sous les tropiques donc il faut vite penser à acheter un kit de 8 accus et un ou deux chargeurs permettent la recharge simultanée de 4 accus. Durant mes tests, j'ai constaté que la platine reste alimentée donc il est préférable de retirer au moins un accu si le caisson n'est pas utilisé pendant quelques jours.


L'intérieur du caisson respire le sérieux. L'ouverture ou la fermeture n'est pas très compliquée ni très difficile en terme de force à exercer. Cela en est même déconcertant. A noter que les traditionnelles attaches sauterelles que l'on trouve sur bon nombre de caissons peuvent ici être verrouillées par une tige métallique ou un fil électrique.


Le caisson comporte deux joints principaux. L'extraction du plus gros joint s'est révelée un peu difficile avec avec une feuille laminée j'en suis venu à bout sans difficulté. L'intérieur comporte donc une platine, les emplacements pour les accus, la diode infrarouge et le cable audio/video vers le moniteur. A la base du bloc de commande, on peut observer les deux pattes du capteur d'entrée d'eau. Le design de l'ensemble est relativement bien compatible avec la caméra puisqu'il est possible de recharger la batterie ou de décharger les photos et videos
 


La partie "hublot" entièrement en aluminium comporte quant à elle le port amovible et la commande mécanique on/off de la HF-S10/100 puisqu'il n'y a aucun moyen d'allumer cette caméra électroniquement ni de la mettre en veille/hibernation. En standard aucun filtre correcteur de couleur n'est livré.

Le bloc de commande est en delrin. C'est une pièce complexe avec beaucoup de trous filetés M4 pour l'assemblage d'accessoires différents. Les poignées sont ergonomiques et s'installent facilement. Elles comportent en standard un support T permettant le montage de bras. Le catalogue Aditech diffuse entre autre les accessoires Fantasea et il est très facile de se bricoler un support quelconque. Ce bloc manque en revanche de points d'accrochages pour une corde, mousqueton, etc... Pour ma part j'ai commandé en même temps 2 supports compatibles avec la base T et installer un anneau "oeil" inox et une base locline pour mes bras d'éclairage.

La prise en main est agréable et laisse une sensation de gachettes en tenant le caisson. Les boutons sont parfaitement accessibles avec ces poignées. L'arrière du caisson est le centre de commande avec au centre un imposant moniteur 3.5 pouces de bonne résolution et sur les côté pas moins de 12 gros boutons (pratique avec les gants): REC, photo, wide, zoom, enter, menu, osd, on/off moniteur, haut, bas, gauche, droite.
 


J'ai testé et je suis formel: il n'y a aucune fonction qui ne soit pas accessible via l'ensemble de ces commandes. Le bouton menu (équivalent à "func" de la caméra) permet d'accéder à des contrôles avancés des paramètres de la caméra dont la balance des blancs. On navigue ensuite avec les contrôles de déplacement. Le bouton Enter sert alors à valider les options (c'est l'équivalent du "set"). En dehors de la zone de menu, "Enter" active l'un des réglages rapides comme le switch autofocus on/off. Les touches de navigation permettent d'accéder aux réglages des autres fonctions comme l'exposition, le focus, le pré-enregistrement. Bref, tout peut-être accessible sur la caméra en plongée ! Le moniteur est lumineux et permet de lire de loin les informations nombreuses de la caméra. On regrettera quand même que le moniteur ne soit pas 16:9 puisqu'ici il est 4:3 et ma caméra ne permet pas de forcer le signal en 16:9.


L'installation de la caméra s'est faite sans grande difficulté avant que je constate après fermeture que le camescope ne s'allumait pas. En fait, la commande mécanique nécessite de positionner le camescope sur sa platine en butée vers l'avant. La platine est très légèrement mobile dans l'axe du caisson et les 2 mm de tolérance sont finalement intolérables pour le bouton on/off. Ce n'est pas tellement une nouveauté avec les commandes mécaniques sur les caissons. C'est en tout cas bon à savoir car une fois ce problème résolu, cela marche parfaitement. Il faut également savoir que sur cette caméra, la cellule infrarouge de la télécommande est sur la face LCD du panneau et par conséquent dans le caisson, la caméra doit être installée panneau LCD retournée ce qui engendre une consommation un peu plus forte d'électricité puisque le panneau est allumé. On peut contourner ce problème en diminuant l'éclairage du panneau ou coincant une fibre optique lorsque le panneau est fermé.

Passé ceci, il est temps d'aller à l'eau voir comment tout ceci marche !
 
< Précédent   Suivant >
Powered by CastorCorp